Fuite en plafond sur une installation de chauffage

Appel en urgence de Anne, qui habite à Darnétal. Une fuite d’eau se produit dans son plafond dans sa salle de séjour. Le diagnostic ne tarde pas à tomber, c’est une fuite d’eau sur son installation de chauffage en cuivre encastrée dans un plafond en placoplâtre

Une fuite en plafond dans la salle de séjour

Dans la salle de séjour du pavillon d’Anne à Darnetal,  une fuite d’eau importante s’est déclarée en plafond !

Il a fallu « ouvrir » le plafond pour rechercher la fuite, sans causer d’autres dégâts « Collatéraux ».

Il s’agit bien d’une fuite sur les tuyaux de chauffage !

Vidéo de la fuite d'eau

Voilà  des images que l’on aimerait pas voir au plafond de son salon.

Avec le débit de la fuite, le placoplâtre a été imbibé sur plus d’un mètre de lo,g sur 80 cm de large.

C’est toute la laine de verre qui a servi « d’éponge ». C’est une piqure de rappel, comme chez Ali, il ne faut jamais enfermer des tuyaux derrière des cloisons en placo-plâtre.

Idem, il ne faut jamais enfermer des raccords avec joint derrière des cloisons en placo-platre

Les détails de la fuite d'eau

AVANT : On voit mieux sur cette photo, les détails de la fuite d’eau sur les tuyaux de cuivre de chauffage.

Cela concerne un pavillon qui a été rénové il y a, seulement, une dizaines d’années !

On voit les « coulures » sur les soudures, signe que l’auteur des soudures n’était pas sûr de son fait, et il a « surchargé » l’ensemble

Des soudo-brasures réalisées proprement

APRES : Ici on voit les tuyaux de chauffage refaits à neuf. Les soudo-brasures sont faites sans coulure.

Enfin l’ensemble des coudes et raccords divers à été supprimé ! Tout est distribué au droit, avec le moins de pertes de charges possible.

Cela facilite le distribution du chauffage dans tout le réseau.

Amélioration de la distribution de l'eau chaude de chauffage

A gauche, l’ancienne conception des tuyaux de chauffage.

A droite, le même réseau revu et corrigé.

Les 6 coudes et le té ont été remplacés, par un cintre et on a gardé le T.

Plus on multiplie les coudes, plus on augmente les facteurs de friction ( c’est ce que l’on appelle les pertes de charge) et plus on fait travailler le circulateur de l’installation.