Changement ( Héroïque) d’un cumulus électrique vertical

Un cumulus électrique enfermé dans un coffre avec de la laine de verre

RV chez Thierry, à Rouen Rive Gauche, pour un devis de changement de cumulus électrique vertical . Au premier regard, l’opération s’annonce très délicate et le mot « héroïque » est loin d’être usurpé ! Première surprise le cumulus tient sur un tas de briques. Normal les fixations murales sont à l’extrême limite. Dessous les raccordements sont faits par de la soudure à l’étain

Première surprise : le cumulus est enfermé dans un coffrage !


Un cumulus électrique enfermé dans un coffre avec de la laine de verre

En pénétrant dans le cellier de Thierry, première surprise, le cumulus est enfermé dans un coffrage avec de la laine de verre !

Très vite, je m’aperçois que l’ancien propriétaire était un bricolo de chez bricolo.

Tout d’abord il faut savoir qu’il est complètement INUTILE de coffrer son cumulus et de rajouter de la laine de verre !

L’isolation des cumulus est faite avec de la mousse de haute densité et on a pas besoin de rajouter de l’isolant en plus !

Le cumulus tient sur des briques !


Deuxieme surprise, le cumulus repose sur des rangs de briques !

Problème en mettant les briques en face du capot de connection, on a accès à aucune connectique : aquastat, résistance !

En cas de panne on ne peut rien tester !

Des fixations murales à bout de course !


Des fixations murales à bout de course !

L’ancien propriétaire a dû être surpris au moment du remplissage de son « oeuvre ». En effet il avait juste mis 2 tirefonds de 10, pour « tenir » un cumulus de 150 litres, soit plus de 150 kilos !

On voit bien que les tirefonds ont commencé à céder ! Alors il a rajouté des briques sous le cumulus, en catastrophe !

Des tuyaux de cuivre, dans tous les sens !


un fatras de tuyaux soudés à l'étain

Sous le cumulus, une vision d’apocalypse avec des tuyaux en cuivre qui partent dans tous les sens !

Impossible de voir, qui dessert quoi, à cause du « mur de briques » devant.

Aucun tuyau n’est fixé avec des colliers !

L’évacuation du Groupe de sécurité n’est plus conforme !


Un fatras de tuyaux sous le cumulus

L’évacuation du Groupe de sécurité, n’est plus conforme. En effet il faut désormais adjoindre un siphon d’évacuation.

Le principe c’est qu’il faut un « regard » pour permettre un meilleur écoulement de l’eau.

Un cumulus à bout de souffle


Des soudures à l'étain en veux tu en voilà

Le raccord de sortie en ECS du cumulus est à bout de souffle ! La corrosion s’est installée partout !

Détail, peu engageant, TOUTES les soudures ont été faites à l’étain !

Ce sont les bricoleurs qui soudent à l’étain ! Et ce type de soudure est plutôt fragile dans le temps !

Il ne faut jamais enfermer son cumulus dans un coffrage !


Un cumulus bouffé par la corrosion

Le fait d’enfermer son cumulus dans un coffrage ne permet pas de voir l’évolution du matériel. La preuve :

Ici le tube en acier de sortie d’eau chaude, ne tient que par miracle. Il se dépiaute à la main, comme un oignon !

Encore quelques mois et il aurait explosé sous la pression de l’eau ! Il suffit d’imaginer si cela se passe en pleine nuit !

un raccordement électrique…dangereux !


Un cable éléctrique dans un tube de cuivre

L’ancien propriétaire avait raccordé son cumulus en passant le câble électrique dans un tube de cuivre !

Evidemment, tout le monde sait que le cuivre n’est pas conducteur !

Un cumulus neuf posé sur socle et fixé au mur


Un cumulus vertical posé sur socle et fixé au mur

Le cumulus, neuf est posé sur un socle de quatre pieds, fixé au mur.

L’alimentation électrique est passé dans du tube Iro de 16 avec une boîte de dérivation étanche.

Tout le dessous du cumulus est clairement accessible !


Un raccordement délicat avec l'installation existante

Grâce au socle de support, le groupe de sécurité, l’aquastat sont facilement accessibles.

la vidange du groupe de sécurité, avec son siphon, est aux normes.

la grande difficulté a été de monter et raccorder tous les tubes de cuivre, qui traversent le mur, le tout soudé à l’étain !